Espace Membre
Email Page imprimer

36e congrès du CIÉF à Trente du 20 au 26 juin 2022

Thème directeur du congrès 2022 : Zones de contact, zones de conflit – convergences et divergences francophones

Programme provisoire cliquable (en date du 3 mai 2022)

Le congrès se déroulera au lieu Dipartimento di Lettere e Filosofia / département de lettres et de philosophie de l’université de Trente / Università di Trento au 14 Via Tommaso Gar à Trente.

Appel à communications (cliquer)

 

 

L’édition 2022 du congrès du Conseil International d’Études Francophones se déroulera à Trente en Italie. Le projet de reprendre en présentiel la rencontre annuelle de l’association dans le Trentin-Haut-Adige, région autonome de la République italienne à l’histoire linguistique et culturelle aussi riche que mouvementée, nous procure l’occasion de réfléchir aux thématiques du contact et du conflit telles qu’elles se manifestent à travers le monde francophone.

 

 

 

PRIX CIÉF

 

Née en France de parents antillais, Dr. Fabienne Kanor détient la chaire « Marian Trygve Freed Early Career Professor » d’Études françaises et francophones à Pennsylvania State University. Écrivain et cinéaste primée, elle a dirigé plusieurs long métrages et publié sept romans dont D’eaux Douces (2004), Humus (2006), Je ne suis pas un homme qui pleure (2016), Louisiane (2020). Chevalier des Arts et des Lettres, Kanor examine les problématiques de race et de gender en France et dans les Antilles, ainsi que les migrations de l’Afrique de l’Ouest vers la France. Dans une tentative de dire l’indicible et de révéler ce qui a longtemps été caché ou oublié, une partie de son œuvre se penche sur les effets traumatisants du commerce des esclaves sur les Africains et leurs descendants. Elle a traduit Barracoon, the Story of the « Last Cargo » de Zora Neale Hurston(2019) et vient de terminer la monographie transdisciplinaire La poétique de la cale où elle examine comment l’expérience de la traversée transatlantique est représentée dans la littérature, les productions artistiques et le cinéma contemporains en Afrique francophone, dans les Antilles françaises et aux États-Unis (à paraître en automne 2022). Dans un même désir de remplir les lacunes de l’Histoire coloniale, un partenariat avec le Musée d’Aquitaine à Bordeaux lui permet de développer une série de documentaires, Les contes de la cale, axés sur la traite transatlantique, et plus spécifiquement la cale des négriers. En tant qu’écrivain, elle a participé à la création d’un guide audio et à l’étiquetage de l’exposition Fictions of Emancipation: Carpeaux Recast. Centrée sur l’iconographie abolitionniste, l’exposition durera jusqu’à mars 2023 au Metropolitan Museum of Art à New York.

 

TABLES RONDES

 

1.  Mardi 21 juin, 16h30-18h00

« Création, conflits et convergences artistiques » avec Christian Kuate, Barrack Rima, Mathieu Larnaudie et Mame-Fatou Niang.

 


Christian Kuate est né à Douala au Cameroun en 1982. Après des études primaires et secondaires dans sa ville natale, il émigre en 2007 en Italie, où il entame, à l’université de Trente, des études supérieures de philosophie, sanctionnées en 2015 par un mémoire de Master sur Maurice Merleau-Ponty.Il est l’auteur de Lettre d’un mbenguiste à sa mère (2017), de Ménage en otage (2018) et de Camerouniaiseries. En apnée sous le soleil (2020). Ses thèmes de prédilection sont l’immigration, l’intégration, le choc interculturel.

 

 

 

 

 

 

Autrice de Bande Dessinée et cinéaste queer, Barrack Rima (www.barrackrima.com ; Instagram : barrackrima) est née en 1972 à Tripoli au Liban et réside à Bruxelles. Membre entre 2010 et 2020 du collectif de BD Samandal basé à Beyrouth (prix de la BD alternative Angoulême 2018).
J’ai longtemps travaillé pour la presse (BD) et également travaillé comme vidéaste pour des spectacles de musique, théâtre, cirque et danse.
Parmi mes travaux en Bande Dessinée, en Français : « Dans le taxi » (Alifbata, 2020), « Beyrouth la trilogie » (Alifbata, 2017 / traduit en italien Mesogea, 2019), « Le Conteur du Caire » (La Cafetière, 1998).
Et dans la presse, en Néerlandais : « De Brusselmansen » strip hebdomadaire (Brussel Deze Week, 1998 – 2003) ; en Arabe : « Sociologia » planche hebdomadaire (Al Akhbar, 2014 – 2015).
Parmi mes films : « Souvenir de Beyrouth » (1999), « La terre de 48 » (2003), « L’étude du chercheur ambulant » (2009), « The land of milk and honey » (avec Isabelle Nouzha, 2021).

 

 

 

Né en 1977, Mathieu Larnaudie est écrivain. Il est l’auteur d’une dizaine de livres, parmi lesquels, chez Gallimard, Strangulation (2007), et aux éditions Actes Sud Les Effondrés (2010), Acharnement (2012) et Notre désir est sans remède (2015). Il a récemment fait paraître Blockhaus (Inculte, 2020) et cosigné un roman avec Arno Bertina et Oliver Rohe, Boulevard de Yougoslavie (Inculte, 2021). Il est membre du collectif Inculte, et du comité de lecture des éditions du Seuil.

 

 

 

 

Mame-Fatou Niang est maîtresse de conférences à Carnegie Mellon University (Pennsylvanie, USA). Elle travaille sur la question noire, l’antiracisme et l’universalisme en France. Mame-Fatou s’intéresse également aux questions urbaines dans la littérature française contemporaine. En 2015, elle coréalise Mariannes Noires , un documentaire sur les parcours de sept Afro-Françaises, ainsi qu’une série-photo sur des musulmans parisiens (Black, French and Muslim). Mame-Fatou est l’autrice d’Identités Françaises, un ouvrage qui interroge les processus de marginalisation et de cooptation dans la communauté nationale à travers une étude de discours sur les banlieues (Ed.Brill, 2019). En 2022, elle publieUniversalisme (Ed. Anamosa), un essai coécrit avec Julien Suaudeau. Mame-Fatou achève actuellement la rédaction d’un ouvrage intitulé Mosaica Nigra: Blackness in 21st-century France.

 

 

 

 

 

2. Jeudi 23 juin, 16h30 – 18h00

« La Traduction à la croisée des imaginaires et des civilisations »avec Rima Baraké, Marco Modenesi et Ilaria Vitali.

 

Professeure à l’Université Libanaise (Faculté des Lettres et des Sciences humaines), Rima Baraké a fait ses études à la Sorbonne Nouvelle, Paris3, et détient un Doctorat en « Terminologie et Sciences du langage ».

Traductrice (français-anglais-arabe) et membre de l’Union des Traducteurs Arabes, elle a publié plusieurs ouvrages traduits du français et de l’anglais. Elle est également chercheuse en linguistique et en terminologie. Connue pour ses publications dans ces domaines, elle a participé à des colloques scientifiques, notamment au Liban, en Tunisie, en France et au Canada.

 

 

 

 

 

Marco Modenesi (Milan, 1960) est professeur de Littérature française et de Littératures francophones de l’Università degli Studi di Milano, dans le Département de Lingue, Letterature, Culture et Mediazioni. Ses études portent, pour ce qui est de la littérature française, sur la production poétique et narrative de la fin-de-siècle et des débuts du XXe siècle. Dans le cadre des littératures francophones, ses intérêts scientifiques se focalisent sur le Québec et l’Acadie, l’Afrique sub-saharienne (Mali, Burkina-Faso, Bénin, Sénégal, Togo) et la Caraïbe. Il est directeur de la revue “Ponts/Ponti. Langues, littératures et civilisations des Pays francophones” (publiée, une fois par année, par MIMESIS Edizioni, Milan). Il est membre du Comité scientifique de la revue en ligne “Altre Modernità” publiée par l’Université de Milan. Chez MIMESIS Edizioni, il co-dirige, avec Liana Nissim, la collection d’études françaises et francophones “Multiples”.

 

 

 

 

Ilaria Vitali est professeure associée à l’Université de Macerata, où elle enseigne la traduction littéraire du français vers l’italien. Docteure en Littérature française et comparée de l’Université Paris-Sorbonne et de l’Université de Bologne, elle a orienté son intérêt pour les littératures francophones dans une double direction : la recherche et la traduction. Elle a publié de nombreux articles, deux volumes (La nebulosa beur, 2014 ; Aritmetica dell’emigrazione, 2003) et a dirigé plusieurs ouvrages collectifs (dont Il traduttore nel testo, 2021, Traduire la banlieue : pratiques, enjeux, perspectives, 2019, Banlieues en textes : traduction, adaptation, réception, 2018, Intrangers, 2011). Parmi les auteurs qu’elle a traduit en italien on compte Saphia Azzeddine, Samuel Benchetrit, Bessora, Rachid Djaïdani, Mabrouck Rachedi et Shan Sa.